Connexion

Mot de passe oublié ?
Association québécoise des enseignantes
et des enseignants du primaire

Résumé

Lulu ne passe pas de  bonnes journées à l’école. On lui jette des boulettes de papier, on lui vole ses lunettes… Le problème, c’est Milo, son intimidateur, et sa bande, qui poussent la méchanceté jusqu’à lui présenter de fausses excuses devant les adultes, pour la menacer et la traiter de grosse morue dès qu’ils ont le dos tourné.

Lulu explose ! Sa colère est si grande qu’elle les transporte dans un univers parallèle où des morues terrifiantes prennent vie pour la venger en effrayant Milo. Le voyant trembloter, Lulu réalise qu’il n’a plus de pouvoir sur elle et le fait rapetisser, avant de le ramener à la réalité.

Pistes d’exploration

En gestion de classe, on utilise souvent la visualisation pour régler une situation qui persiste. Par exemple, on demande aux élèves de chiffonner leurs soucis ou de les laisser dans le corridor. Dans cette histoire, les émotions de Lulu se manifestent physiquement sous la forme de morues agressives qui prennent le contrôle de la situation. Cette image m’a frappée parce qu’elle est intense et qu’elle représente bien la grandeur des émotions provoquées par des situations d’intimidation, surtout lorsqu’elles sont banalisées par les gens à qui l’on se confie. La réaction de la jeune fille permettra aux élèves de s’ouvrir sur les moments où ils se sentent prêts à exploser.

Cet album pourrait être lu en classe, mais il serait aussi utile pour intervenir individuellement, autant pour permettre à une victime de verbaliser ses sentiments que pour saisir un intimidateur en lui faisait percevoir l’impact de ses gestes. Pour qu’il vous serve d’outil d’intervention, il faudra lire l’histoire en questionnant beaucoup l’interprétation afin que chacun comprenne que les morues sont une manifestation de la colère de Lulu. 

Vous pourrez alors faire ressortir un détail intéressant : le fait que la solution aux malaises n’est pas venue d’une conséquence déterminée par un adulte, mais de la capacité de Lulu de réduire l’importance qu’elle accordait à son oppresseur. 

Pourquoi un autre livre sur l’intimidation?

Celui-ci a deux particularités qui en font un outil mordant. D’abord, il met en valeur la reprise de pouvoir de la victime, un principe psychologique plus avancé et donc peu abordé en littérature jeunesse. Ensuite, il ouvre la porte à utiliser le symbolisme pour aborder les émotions. Une mise en garde par contre, quand Milo rétrécit, il ne s’agit pas de tomber dans le piège d’encourager les élèves à ignorer la situation. Au contraire, en invitant une victime à personnifier la grandeur de ses émotions (qu’elles prennent la forme de morues, de nuages noirs ou d’éclairs…), on l’aidera à en être plus consciente. On pourra ainsi l’amener à ventiler et reprendre le contrôle en utilisant ses images pour traiter la situation. 

Cette utilisation du récit va d’ailleurs dans le même sens que les ateliers animés par l’auteure et l’illustrateur qui invitent les jeunes à illustrer en mots et en images les émotions qui les habitent. Bien qu’ils soient parfois plus difficiles à trouver au Québec, plusieurs titres de Gwenola Morizur méritent d’être découverts, comme Le tigre de Mona, Dans mon terrier ou Les yeux d’Alix. Ses ouvrages s’adressant aux plus grands sont tout aussi empreints de sensibilité et valent aussi la recherche.

_

par
Caroline Tringali
enseignante au 1er cycle
caroline-tringali@cspi.qc.ca

Titre: Lulu et les grosses morues
Auteure: Gwenola Morizur
Illustrateur: Laurent Houssin
Maison d’édition: Goater
Année: 2020

Cliquez ici pour une version imprimable de cette chronique

Pour encore plus de contenu, adhérez dès maintenant à Vivre le primaire. Une revue professionnelle créée par et pour des enseignants.

retour aux nouvelles