Connexion

Mot de passe oublié ?
Association québécoise des enseignantes
et des enseignants du primaire

Résumé

Monsieur l’écureuil est possessif. Il aime SON arbre, SES pommes de pin, SON ombre. Un peu anxieux, il crée des stratagèmes pour s’assurer de protéger son espace : il installe un portail, une palissade, un mur… mais il ne peut s’empêcher d’envier ce qui pourrait exister de l’autre côté et que d’autres pourraient posséder.

Cet album rigolo et son personnage nerveux sont un clin d’œil sympathique au côté égocentrique de nos jeunes élèves. Une belle façon de dédramatiser les occasionnels « C’est MOI qui avais ce truc en premier ! » entendus dans votre classe !

Pistes d’exploration

Mises à part les discussions éthiques intéressantes que soulèvera cet écureuil sur le partage et les avantages d’être ouvert aux autres, je vous suggère de profiter des traits exagérés du rongeur pour identifier un élément clé d’un bon récit : les caractéristiques du personnage. Faites ressortir son aspect physique, ses traits de caractère et les actions qu’il accomplit. Prendre le temps de réaliser que ses particularités influencent beaucoup le style de l’histoire donnera envie à vos écrivains de mettre en scène des personnages typés eux aussi.

Bien que le contenu « identifier des sortes de déterminants » soit au programme au 3e cycle, ce serait dommage de ne pas profiter des beaux jeux de déterminants possessifs en évidence dans le texte, tel que celui-ci : « Et si ce quelqu’un avait envie de manger MES pommes de pin à l’ombre de SON arbre, ou SES pommes de pin à l’ombre de MON arbre ? ». Sans insister sur la catégorie de déterminants, ce serait rigolo de jouer à les remplacer par d’autres déterminants, en répertoriant d’abord les mots qui appartiennent à cette classe, pour voir quelle influence ils ont sur le sens des phrases. Quand « C’est MON arbre » devient « C’est UN arbre », c’est soudain moins personnel. Avec « C’est TA arbre », on vient de perdre le sens et on a un lien vers l’accord déterminant/nom commun !

C’est aussi une bonne occasion d’utiliser l’entrée graphosémantique pour enseigner explicitement les similarités des déterminants en les observant par famille. Cet exercice de compréhension du sens des déterminants est une stratégie de base qui évite les futures confusions de certains homophones. 

Observer la régularité entre LES, TES ou MES pourrait faciliter l’écriture des mots DES, SES… À l’inverse, en ancrant solidement dès le 1e cycle que MON/MA/MES signifient tous que quelque chose est à moi, et que SON/SA/SES signifient que cette chose est à elle ou à lui, on n’hésite moins par la suite devant « MAIS/MES cheveux » et « CES/SES amis » parce qu’on comprend bien ce que ces déterminants veulent dire. 

Cela semble complexe, mais le sens des déterminants est accessible aux petits parce qu’ils les entendent au quotidien. En faisant cet exercice, on posera une brique qui permettra aux enseignants des autres cycles de construire sur du solide. 

Intérêt particulier

Olivier Tallec est un écrivain prolifique. Si vous le connaissez moins, c’est l’occasion de découvrir ses histoires à la fois touchantes et rigolotes, toutes adorablement illustrées. Parmi ses œuvres, vous trouverez de beaux récits réflexifs sur l’amitié et le monde (Jérôme par cœur, J’en rêvais depuis longtemps, Il faudra…), les séries Grand loup et petit loup, Les aventures de Rita et Machin (portée à l’écran), sans oublier l’incontournable Les Quiquoi, une favorite dans ma classe ! 

_

 

par
Caroline Tringali
enseignante au 1er cycle
caroline-tringali@cspi.qc.ca

Titre: C’est mon arbre
Auteur: Olivier Talbec
Illustrateur: Olivier Talbec
Maison d’édition: L’école des loisirs, Pastel
Année: 2018

Cliquez ici pour une version imprimable de cette chronique

Pour encore plus de contenu, adhérez dès maintenant à Vivre le primaire. Une revue professionnelle créée par et pour des enseignants.

retour aux nouvelles